À la Une

D’un livre à l’autre. Retour sur un passé traumatique

"Il devait avoir à peu près 5O ans. C'est ici la boucherie disait-il. Il venait voir un patient hospitalisé, il venait en visite et il s'est souvenu des lieux et il a voulu revoir les lieux...Et il a raconté qu'il avait été anest... euh, opéré sans anesthésie...il avait 7-8 ans, on l'avait mis sur les …

Lire la suite de D’un livre à l’autre. Retour sur un passé traumatique

Seuils

Il circule en ce moment quelques métaphores bizarres. Leur point commun : elles semblent tout d’abord séduisantes et par conséquent elles circulent beaucoup. Puis on s’aperçoit que quelque chose ne va pas, qu’il y a un défaut logique. Colibri J’ai parlé ailleurs dans ce blog de la métaphore du colibri (voir « L’énergie du changement ») : « Nous savons …

Lire la suite de Seuils

« A call for doctor Baker… » – Les aventures de l’acte (3)

Le docteur Sara Josephine Baker entra au Department of Health de New York City en 1902. Entre 1908 et 1923 elle y dirigea le Bureau of Child Hygiene qui avait été nouvellement créé. Elle est surtout connue pour avoir fait baisser dans de grandes proportions l’effrayante mortalité infantile qui sévissait dans le Lower East Side …

Lire la suite de « A call for doctor Baker… » – Les aventures de l’acte (3)

« C’est sale… » Encore à propos de « Reprise »

Bien étrange fut cet été 1968, et bien difficile à décrire. Certains ont essayé et leurs mots se ressemblent. Ils disent le « déchirement hagard de l’après-Mai » (Pierre Goldman), « un été de déchirement et de querelles » (Roger Linhart). Jean-Baptiste Thierrée, fils d’ouvrier et alors militant maoïste se revoit « hébété, sonné, vidé »... On en trouverait aisément …

Lire la suite de « C’est sale… » Encore à propos de « Reprise »

Adenoids and American School Hygiene in the Early 20th Century

Books, Health and History

Kate Mazza, today’s guest blogger, received her doctorate in US history from the Graduate Center, CUNY. Her dissertation, “The Biological Engineers: Health Creation and Promotion in the United States, 1880-1920” examines the ideas and progress of the interrelated health reforms of physical education and school hygiene. She has published an article, “Distracted At School: Aprosexia, ADHD and Adenoids in American Culture” in the Journal of American Culture.

NYTimesHeadlines_AdenoidsAs the school year came to a close in June 1906, a panic swept through New York’s Lower East Side. According to newspaper reports, hundreds of parents, mostly Eastern European immigrants, ran to about a dozen local schools believing that their children were going to be harmed or murdered by doctors. Some people broke windows, some hit school workers, many yelled and cried and all demanded to see their children. At each school, children were eventually dismissed early, and, to the great…

Voir l’article original 1 481 mots de plus

Amnésie infantile? Amnésie de l’Infantile?

    La perte du souvenir d’avoir un jour appris concerne la plus quotidien de nos vies. Nous parlons, nous marchons, sans avoir le besoin, ni d’ailleurs la possibilité d’expliquer comment nous nous y prenons pour cela. Les impressions sensori-motrices éprouvées alors et les images associées ne peuvent plus être évoquées ni en général reconstruites. …

Lire la suite de Amnésie infantile? Amnésie de l’Infantile?

« Bunny Lake a disparu » : un film hanté

Peut-être ne voyons-nous que les fantômes qui nous concernent personnellement. Quand j’ai découvert« Bunny Lake a disparu », ce film d’Otto Preminger qui se déroule dans le Londres des années 60 m’est apparu comme une sorte de fantôme, de négatif ou d’ombre portée de l’immense effort qui avait été réalisé en Angleterre, une génération avant, pour comprendre …

Lire la suite de « Bunny Lake a disparu » : un film hanté

Traversées 4. « C’est pas des hommes c’est des enfants »

Il y a bien des façons de parler des guerres et la chanson en fait partie. Henriette Azen chante cela dans une émission sur la musique arabo-andalouse. Cette chanson lui était familière dans son enfance Algérienne. Les inflexions plaintives me sont familières à moi aussi, j’y reconnais les accents des femmes de ma famille :  « C’est …

Lire la suite de Traversées 4. « C’est pas des hommes c’est des enfants »