Le dévoilement progressif

Violence et surviolence Il y a une violence inhérente au fait même de soigner. C’est la part structurelle, rançon de notre médecine qui est efficace dans la mesure où elle est invasive, violence inhérente au fait qu’elle intervient, qu’elle n’est pas expectante, comme disaient nos prédécesseurs. Dans les institutions de soins il s’y ajoute une …

Lire la suite de Le dévoilement progressif

Effacer les traces du changement

La frayeur Je n’ai jamais constaté de résistance particulière à utiliser, disons un nouvel antibiotique récemment mis au point, réputé plus efficace que les produits existants. Si le nouveau  médicament apportait vraiment quelque chose de plus c’est sans problème qu’il prenait sa place dans l’arsenal thérapeutique. Il n’en a pas été de même quand il …

Lire la suite de Effacer les traces du changement

Mon parcours

La faculté de Médecine où je pénétrai pour la première fois, assez ému, un jour de 1964, était un monde étrange, un monde à part, une sorte d’enclave dans le monde étudiant d’alors. Ceux qui y régnaient sans partage étaient les « Majos », majorité se disant apolitique du syndicat étudiant local. Décorés comme des arbres de Noël …

Lire la suite de Mon parcours

Durer, endurer, changer…

Un système qui s’épuise Un engagement professionnel bien conçu, conforme à une sorte de sagesse non écrite, ne devrait-il pas se fournir à lui-même son propre carburant, se nourrir de lui-même, de sorte qu’avec le temps on irait non vers la fatigue, mais simplement vers une plus grande légèreté, une légèreté de plus en plus …

Lire la suite de Durer, endurer, changer…

« Ce que sait la main »

La voie veineuse Dès l’entrée du bébé évaluer du regard la dimension du problème. Se méfier du dix-huit mois bien potelé. Repérer les sites où nulle infirmière ou préleveuse de bilan sanguin n’a encore regardé. Par exemple face antérieure du poignet, dos du pouce, avant-pied. Se sentir humble, devant la recherche de voie veineuse tout …

Lire la suite de « Ce que sait la main »

Le sens de l’autre est faillible

La fin de la douleur démasque la souffrance de la perte Personne n’aime voir souffrir, comme on aimerait que cela soit toujours vrai. Il y a une limite à cette vérité, mais ce n’est pas celle d’un hypothétique sadisme soignant. A l’hôpital lorsque des enfants étaient soulagés de leur douleur par un traitement efficace, ils …

Lire la suite de Le sens de l’autre est faillible

Y a-t-il un besoin de ne pas avoir mal ?

l'aide La douleur, que d’ambiguïtés dans ce mot. « Nous avons la douleur de vous faire part... » disent les notices nécrologiques. En Afrique on se salue avec un « comment ça va avec la douleur ? », où le mot douleur désigne plutôt l'ensemble des souffrances et des difficultés de la vie. La douleur tout le monde sait ce …

Lire la suite de Y a-t-il un besoin de ne pas avoir mal ?