Mon parcours

  La faculté de Médecine où je pénétrai pour la première fois, assez ému, un jour de 1964, était un monde étrange, un monde à part, une sorte d’enclave dans le monde étudiant d’alors. Ceux qui y régnaient sans partage étaient les « Majos », majorité se disant apolitique du syndicat étudiant local. Décorés comme des arbres de …

Lire la suite de Mon parcours

Durer, endurer, changer…

Un système qui s’épuise Un engagement professionnel bien conçu, conforme à une sorte de sagesse non écrite, ne devrait-il pas se fournir à lui-même son propre carburant, se nourrir de lui-même, de sorte qu’avec le temps on irait non vers la fatigue, mais simplement vers une plus grande légèreté, une légèreté de plus en plus …

Lire la suite de Durer, endurer, changer…

« Ce que sait la main »

La voie veineuse Dès l’entrée du bébé évaluer du regard la dimension du problème. Se méfier du dix-huit mois bien potelé. Repérer les sites où nulle infirmière ou préleveuse de bilan sanguin n’a encore regardé. Par exemple face antérieure du poignet, dos du pouce, avant-pied. Se sentir humble, devant la recherche de voie veineuse tout …

Lire la suite de « Ce que sait la main »

Le sens de l’autre est faillible

La fin de la douleur démasque la souffrance de la perte Personne n’aime voir souffrir, comme on aimerait que cela soit toujours vrai. Il y a une limite à cette vérité, mais ce n’est pas celle d’un hypothétique sadisme soignant. A l’hôpital lorsque des enfants étaient soulagés de leur douleur par un traitement efficace, ils …

Lire la suite de Le sens de l’autre est faillible

Y a-t-il un besoin de ne pas avoir mal ?

  La douleur, que d’ambiguïtés dans ce mot. « Nous avons la douleur de vous faire part... » disent les notices nécrologiques. En Afrique on se salue avec un « comment ça va avec la douleur ? », où le mot douleur désigne plutôt l'ensemble des souffrances et des difficultés de la vie. La douleur tout le monde sait ce …

Lire la suite de Y a-t-il un besoin de ne pas avoir mal ?

Le déni de la douleur de l’enfant, son brusque épuisement

Un compte-rendu d’hospitalisation en 2007  « Enfant de un an hospitalisé pour une otite aiguë. Sous Rocéphine® IV l’apyrexie est obtenue en moins de 24 heures. Un bilan inflammatoire est réalisé. L’enfant paraît douloureux il est traité par Codenfan® qui le soulage bien ».  Trois lignes. Le cas est banal et l’interne chargé du compte-rendu n’a pas …

Lire la suite de Le déni de la douleur de l’enfant, son brusque épuisement

À la Une

D’un livre à l’autre. Retour sur un passé traumatique

"Il devait avoir à peu près 5O ans. C'est ici la boucherie disait-il. Il venait voir un patient hospitalisé, il venait en visite et il s'est souvenu des lieux et il a voulu revoir les lieux...Et il a raconté qu'il avait été anest... euh, opéré sans anesthésie...il avait 7-8 ans, on l'avait mis sur les …

Lire la suite de D’un livre à l’autre. Retour sur un passé traumatique